Romney wants Egypt and Palestinian Authority to work hard to receive aid

Romney

If he is elected, US presidential candidate Mitt Romney will ensure that the Egyptian government and the Palestinian Authority will work harder to keep the millions of dollars in aid handed to them every year by the US, according to his senior adviser on foreign policy and national security, Walid Phares.

Mr Phares told the JC: “If Egypt and the PA act against the principles of democracy and freedom, threaten the peace process or ally themselves with anti-US forces, they would be the ones to impact US aid.”

For Mr Romney, a future Palestinian state would have to be based on a “democratic culture”, so that “the likes of Hamas are marginalised from sinking the peace process”, said Mr Phares.

Mr Phares, a Lebanon-born scholar who advises the House of Representatives caucus on counter-terrorism, said that Mr Romney would ensure that the Iranian regime does not gain nuclear weapons as a core component of his national security agenda. Weiterlesen

Interview de Walid Phares, conseiller Moyen-Orient de Mitt Romney

Walid Phares est un universitaire américain, né à Beyrouth et citoyen américain. Il a enseigné la stratégie géopolitique à la National Defense University de Washington DC. Il est conseiller auprès la Chambre des représentants américaine sur le contre terrorisme.

Il a publié une dizaine de livres sur les conflits du Moyen-Orient et le terrorisme international. Son livre le plus récent (Décembre 2010) est « The Coming Revolution: Struggle for Freedom in the Middle East  » (la prochaine révolution : la lutte pour la liberté au Moyen-Orient), qui projette les révoltes en cours dans le grand Moyen-Orient. (www.walidphares.com)

Quelles sont les pires erreurs commises par Barrack Obama au cours de ces quatre ans, en ce qui concerne le Moyen-Orient ?

L’administration Obama a fait des erreurs stratégiques très coûteuses pour les Etats-Unis en particulier, mais aussi pour l’Occident en général, ainsi que pour les peuples du Grand Moyen-Orient.

La mère de toutes les erreurs a été de renoncer à soutenir la poursuite de la liberté et de la démocratie des peuples de la région, et, à la place, d’avoir essayé de passer des accords avec des dictatures comme les ayatollahs iraniens, d’une part, et d’autre part de s’être associé, pendant le printemps arabe, à des mouvements radicaux et des dictateurs en puissance, comme les Frères musulmans.

Déjà dans son discours inaugural de politique étrangère pour la région, le discours du Caire de 2009, le président Obama a négligé le rôle des laïcs et des réformateurs dans les sociétés civiles, il a ignoré l’oppression des minorités ethno religieuses, et a insisté pour faire des partenariats avec les islamistes. Weiterlesen